Le Projet de Tourisme Côtier est arrivé à bon port en Afrique (de la mi-2009 a la mi-2014)

18 Juin 14

La réunion finale du comité directeur du projet, qui s’est tenue à Victoria (Seychelles), a marqué la dernière étape du projet COAST (Collaborative Actions for Sustainable Tourism – Actions coordonnées pour un tourisme durable) en Afrique. Ce projet s’est appuyé sur le FEM pour son financement, sur le PNUE pour sa mise en œuvre, sur l’ONUDI pour son exécution et sur l’OMT comme institution associée. Déployé pendant cinq ans (de la mi-2009 à la mi-2014) dans neuf pays africains (le Cameroun, la Gambie, le Ghana, le Kenya, le Mozambique, le Nigeria, le Sénégal, les Seychelles et la Tanzanie), ses volets sur l’Écotourisme et sur l’Administration et la gestion du tourisme durable ont été coordonnés par l’OMT tandis que l’ONUDI s’est chargée de ceux portant sur les Systèmes de gestion environnementale, sur les Loisirs et la gestion dans les zones maritimes et de récifs et sur la Gestion du savoir.

Pour ce qui est du volet Écotourisme, l’OMT a entrepris une étude des meilleures pratiques, présenté la méthodologie ST-EP (Tourisme durable – élimination de la pauvreté) lors de séminaires régionaux de renforcement des capacités à l’intention des acteurs clés du projet, dispensé des formations spécifiques sur le tourisme et la biodiversité en Gambie, au Ghana et en Tanzanie, soutenu les pays COAST dans la réalisation d’une analyse de la chaîne de valeur du tourisme sur des sites de démonstration déterminés, et travaillé avec des partenaires locaux pour formuler et mettre en œuvre des projets d’écotourisme au Cameroun, en Gambie, au Ghana, au Kenya, en Mozambique, au Nigeria et en Tanzanie. Les projets d’écotourisme ont débouché sur des résultats tangibles montrant aux populations locales comment accroître leurs revenus grâce à des produits touristiques basés sur la biodiversité, comme des promenades dans la mangrove au Kenya ou des excursions en canoë au Ghana, tout en utilisant le développement touristique comme incitation à protéger l’environnement, par exemple moyennant le reboisement de mangroves en Tanzanie ou des campagnes de nettoyage des plages en Gambie. Au Cameroun et en Gambie, les activités d’écotourisme du projet se poursuivront grâce à de nouveaux fonds mobilisés respectivement par la Fondation ST-EP et la Fondation EuropaMundo. D’autres pays souhaitent explorer les possibilités d’optimiser des activités du projet et/ou de reproduire l’approche sur d’autres sites.

En ce qui concerne le volet Administration et gestion du tourisme durable, l’OMT a mené des études sur le terrain dans tous les pays concernés qui ont permis de préparer des plans d’action détaillés nationaux et locaux et de publier un rapport global intitulé « Administration et gestion du tourisme durable dans les zones côtières de l’Afrique ». Riche de ces études, de ces plans d’action et de cette publication, l’OMT a organisé des séminaires régionaux au Ghana, au Kenya et au Sénégal axés sur les mécanismes nationaux et locaux d’administration et de gestion du tourisme durable dans les zones côtières et sur l’échange d’expériences de mise en œuvre d’activités du projet COAST. L’OMT s’est value des résultats du projet pour élaborer un document sur l’administration du tourisme durable dans les zones côtières de l’Afrique qui figure dans une publication électronique interorganisations des Nations Unies sur les Océans.
Voir :  http://sustainabledevelopment.un.org/index.php?menu=232

Pour de plus amples informations sur le projet COAST, cliquer sur le site web du projet : http://coast.iwlearn.org/en