Kribi (Sud du Cameroun) - Développement de produits d'écotourisme

15 Fév 13

Depuis mars 2011, l’OMT soutient le Ministère camerounais du tourisme et des loisirs (MINTOUL) aux fins de l’exécution d’un projet ST-EP pour le développement de produits d’écotourisme dans la région de Kribi, située dans le sud du pays. Le projet
ST-EP au Cameroun est mis en œuvre grâce aux contributions financières de la Fondation ST-EP de l’OMT et d’un projet régional sur le tourisme durable dans les zones côtières en Afrique (COAST – www.coast.iwlearn.org). Le projet COAST est financé par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) et couvre 9 pays d’Afrique de l’Est et de l’Ouest ; il est exécuté par l’ONUDI, qui est l’organisme chef de file, et par l’OMT, en tant qu’institution associée chargée des composantes du projet liées au tourisme durable et à l’écotourisme. Le projet ST-EP à Kribi vise à renforcer la qualité ainsi que les retombées locales des activités touristiques par un renforcement des capacités, une planification durable des sites touristiques côtiers et une promotion des PME dans les chaînes d’approvisionnement touristique. Après la phase initiale de planification, les activités sur le terrain ont démarré en 2012 et s’achèveront courant 2013.

Kribi est une station balnéaire et un port de mer du Cameroun situé dans le Golfe de Guinée, à 170 kilomètres au sud de la plus grande ville du Cameroun, Douala. La région de Kribi est particulièrement appréciée des touristes internes en provenance de Douala et Yaoundé, les deux principales villes du pays. Les environs de la ville de Kribi offrent plusieurs possibilités intéressantes pour des excursions d’écotourisme, par exemple au parc national Campo Ma’an, aux chutes d’eau de la Lobé, à la plage de Grand Batanga et dans les villages pygmées, même si la plupart des sites touristiques pâtissent d’un manque d’organisation. À l’heure actuelle, on assiste à d’importants changements le long de la côte de Kribi en ce qui concerne les infrastructures et l’économie. Il est de plus en plus nécessaire de procéder à un travail de planification et de prendre des mesures de protection du littoral dans la région.

Le MINTOUL a sélectionné trois sites d’écotourisme sur le littoral de Kribi qui sont particulièrement exposés à des menaces pour l’environnement, comme par exemple une gestion inappropriée des déchets, l’érosion côtière, le déboisement et un développement urbain non maîtrisé. Ces sites ont été retenus pour être les sites du projet ST-EP.

Les sites en question sont : « le paysage culturel des chutes de la Lobé » – la visite de l’un des rares exemples de chutes d’eau qui se jettent directement dans la mer peut être combinée avec un tour en canoë sur le fleuve et une visite aux communautés pygmées Bagyeli ; « Grand Batanga » – site historique, ancienne capitale du peuple Batanga et plage superbe. Le site offre différentes possibilités en matière de restauration (par exemple, poisson grillé, fruits de mer) et autres (par exemple, pêche artisanale, tours en pirogue) ; enfin, « le village de pêcheurs de Londji » – plages de sable blanc, marché au poisson hebdomadaire très animé, promenades dans les mangroves et tours en bateau dans des espaces naturels et zones humides intacts. La stratégie d’intervention se fonde sur les résultats d’une analyse de la chaîne de valeur qui a été réalisée entre le mois de février et le mois de juillet 2011 afin d’identifier les possibilités de tirer des revenus supplémentaires du tourisme et d’évaluer les besoins de la population locale en matière de formation.

Le projet a aidé le MINTOUL dans le cadre de la formulation de plans de gestion durable des sites d’écotourisme, en concertation active avec les communautés, le secteur privé et les parties prenantes locales. Ces plans ont été validés lors d’un atelier au niveau local tenu le 21 septembre 2012. Ils fourniront maintenant des éléments d’orientation au MINTOUL pour achever le projet (développement de produits d’écotourisme) et prendre de nouvelles mesures afin de développer et de protéger les sites au-delà de 2013.

Le projet a contribué au renforcement des capacités de la minorité ethnique des Pygmées. Les villages de pygmées Bagyeli de la vallée de la Lobé suscitent depuis longtemps la curiosité des touristes. Pourtant, les activités touristiques n’ont pas entraîné d’amélioration des conditions de vie de cette communauté vulnérable. Des consultations ont fait apparaître que la communauté aspire à recevoir une part plus équitable des retombées du tourisme et qu’elle est désireuse de renforcer ses capacités en matière de gestion touristique. Le projet a dispensé différentes formations concernant la mise au point de circuits touristiques sur les terres de la communauté et apporté son concours à l’organisation de circuits culturels en partenariat avec le secteur privé afin de promouvoir des échanges à l’appui du tourisme durable entre les pygmées Bagyeli, les agents de voyages et les touristes.

Le projet a permis la réalisation de brochures de présentation de certains sites d’écotourisme. Il a soutenu par ailleurs la cinquième édition d’un festival culturel et d’écotourisme (CICACK, 23-25 novembre 2012) qui s’est déroulé sur la plage écotouristique de Grand Batanga dans le cadre des activités de marketing et de promotion menées au titre du projet.

Des programmes de formation au tourisme sont prévus au premier trimestre 2013. Les principaux groupes visés sont les guides informels et les jeunes (femmes et hommes) sans emploi. À ce jour, le projet a permis de dispenser des formations dans le domaine de l’agrotourisme (juillet 2012, formation organisée par l’école d’agronomie de Kribi), du marketing en ligne et de la durabilité environnementale des hôtels (septembre 2012, dans le cadre de la Journée mondiale du tourisme à Kribi, formation organisée par la délégation du MINTOUL dans la circonscription).

Pour plus d'informations concernant les activités touristiques à Kribi, veuillez consulter : http://ecotourismekribi.jimdo.com/